Compliance and Regulation Law bilingual Dictionnary

Access

In an ordinary market of goods and services, access to the market is open to everyone, whether it is the one who offers the good or service (potential supplier) or who wants to own it (potential applicant ). Freedom of competition presupposes that these new entrants can, at their will, become effective agents on the market, the potential supplier if its entrepreneurial dynamism drives him there, and the potential applicant if he has the desire and the tools to do it(money, Information and proximity, in particular ; but first of all, money). The absence of barriers to entry is presumed; a barrier resulting from anti-competitive behavior will be penalized ex post by the competition authority.

The barrier is therefore what undermines the principle of access to the market. This is why the World Trade Organization (WTO), in that it fights against barriers to ensure global free trade, can be regarded as a forerunner of a sort of World Competition Authority.


But it may happen that it is necessary to organize by the force of Law the market access in a first situation, when there has been a liberalization decision of a previously monopolistic sector, access can not be exercised solely by the strength of demand and the power of potential new entrants, notably prevented by the de facto power of the formerly monopolistic enterprises. The Regulatory Authority will build access to sectoral markets whose sole principle of Competition has been declared by Law. Secondly this necessity can also result from phenomena that definitely impede this ideal competitive functioning of the sector, such as natural monopolies or asymmetries of information: Law will make this access concrete by distributing rights of access to the interested operators.

This is the case in network industries for operators' access rights to essential infrastructure networks. Even if this act is carried out by contract, this contract merely crystallizes a right of access conferred by the Legislator to the operator in order this one can penetrate the market. This is particularly true in the energy and telecommunications sectors.


In a more political way and not directly related to a desire to set up competition or to compensate for a market failure, this access organization may still be required because there is a political decision to provide everyone with access to common goods. The decision then goes hand in hand with the notion of a "fundamental right", such as the fundamental right of access to the healthcare system or vital medicines, or the fundamental right of access to the digital system, which the Regulator becomes the guardian in Ex Ante but also in Ex Post.

 

Administrative Repression

On the one hand, repression is the prerogative of the State which expresses it through the Criminal Law. Even though the administration has always exercised a power of sanction, the constitution of a kind of new branch of law, the "Repressive Administrative Law" was born from the regulatory Law.

Indeed, it was necessary that the Economic and Financial Regulatory Authorities should be established so that the idea of ​​an administrative police, whose deployment must be effective, implies a continuum between the Ex Ante and the Ex Post, this Ex Post taking the first form of repression (next to the fonction of the  dispute resolution).

The repression exercised by the Regulator, which itself has the institutional form of an Independent Administrative Authority (IAA), is expressed by Repressive Administrative Law. This Repressive Administrative Law is of a different conception of Criminal Law since it aims to reinforce the effectiveness of the Regulation of the sectors. Therefore, the French Constitutional Council (Conseil constitutionnel) was able to state in 1981 that criminal and administrative penalties were not like "in nature", the first aiming at punishing wrongdoing while the latter were aimed at yo regulate economic systems, except to respect the principle of proportionality. But this Constitutional Council in 2015 conceived rather the identity of the two repression and concluded the prohibition of punishing twice the same operator for the same fact (Non bis in idem). The two rules bodies are therefore mirrored.

The administrative power of sanction is essential for a regulator, ensures the effectiveness of the prescriptions it issues and the legislator keeps increasing this power. At the same time, it has become possible for operatoirs in recent years to agree on commitments and to avoid sanctions. This mechanism of "administrative composition" is not contradictory because, as the repression, which it arrests nevertheless, it ensures the effectiveness of the Regulation.

Agency

The concept of 'Agency', sometimes confused with the one of 'Regulator', designates a way of deconcentrating the State. Away from a French Jacobin outlook, states have indeed gradually devolved their sovereign responsibilities to other institutions, which are often geographically distant from the state's political capital city. These agencies are a form of technical decentralization because they are in charge of operational tasks and specific expertise, e.g., as regards employment, environment or health issues. This model, which is very common in Scandinavian countries, is often associated with federal structures, like in the United States. It is still fairly remote to the French model that remains to this day built on the idea of a centralized and unified State. So far, France has only developed a few agencies (e.g., France Trésor, tasked with managing France's government debt and cash positions).

In a different perspective, although the two notions are homonyms, the American financial theory developed the notion of 'agency' to describe the relationship between the corporate officer (the agent) and the shareholder (the principal), who empowers the first to act on his behalf to serve his interest. Information asymmetry and conflict of interest mark this relationship, which explains that this theory helped developing multiple safeguards, conveyed by the Financial Regulation.

Air

The airline industry was the first regulated sector in the 1920s This reflects the fact that air transport implies that people can travel from one state to another state, which justified an early multilateral system of international agreements between States , under public international law, each retaining its share of sovereignty and its national company (eg. British Airways).

But the principle of competition making the organization more complex through the mechanisms of open sky that allow an airline company to offer its services abroad, regulation must be more open to competition.

In addition, the regulation of air cares more risks by adopting global safety standards to be imposed on all operators in the conduct and maintenance procedures of the equipment.

Asymmetry: asymmetric regulation / asymmetry of information

Asymmetry is a key concept of regulation. Indeed, a competitive market works well when operators are in symmetrical relationships, ie there is no structural obstacle which prevents an agent from increasing his power solely on his merits (" competition by merits "). If there is an asymmetry, for example because a sector is monopolistic and the legislator has just declared it open to competition, there is a temporary asymmetry between the installed companies, the incumbent operators and the willing companies to enter this new market, the "new entrants". Historical operators, such as in the telecommunications or energy sector, when they were opened to competition by European directives, transposed by national laws (in french Law in 1996 for telecommunications and gas, in 2000 for electricity), benefit (sometimes referred to as grandfather clause), in particular because they have all the clients or all the know-how or all the patents, and that, in fact, the competitors can not enter the market. It is then necessary to establish a regulator also a priori temporary itself  to establish to forceps the competition, by an asymmetrical regulation.
 
Asymmetric regulation, particularly applied in Great Britain at the time of the liberalization of the aforementioned sectors, means that the regulator will systematically favor new entrants, for example by dispossessing the incumbents for their benefit to make them on the market. Today, in the telecommunications sector, competition, notably on mobiles, is established, but the regulator does not intend to leave its place to disappear and today supports "symmetric regulation" .... Instead, it acts as a specialized competition authority.
 
Asymmetry may not be temporary but definitive, when inequality between operators, regardless of merit, does not come from a context of liberalization but from a structural failure of the market. For example, there are transport networks, transport of passengers or goods, railways or airstrip for airplanes, data or voice communication networks, pipes where gas or electricity circulate, etc., which belong to a single operator because they constitute economically natural monopolies. Under these conditions, the competitors of the monopoly must nevertheless have fair and effective access to this service and a regulator must necessarily be established for the effectiveness of that right (see Access).
 
Moreover, the Nobel Prize of Joseph Stiglitz (2001) was justified by his work on the asymmetry of information on certain markets, in particular the financial markets on which companies offer securities. Through the theory of the agency, it appears that the ordinary partners or ordinary investors have less information than the managers, even though the latter have the function of making decisions that bring the most to the former. But information asymmetry offers managers an "information rent" that allows them to offer many benefits and transfer risks to others. Regulators, in particular banking and financial regulators, are needed to combat information asymmetry. Transparency is one of the procedural means to combat this asymmetry. The financial and banking crisis of 2008 showed the extent of this asymmetry and, in fact, the inability of regulators to remedy it, for example, the British government estimated in 2010 that it was the financial regulator itself that was responsible for the crisis for not having sufficiently watched over conflicts of interest. In general, the global financial crisis was often later characterized as a crisis of regulators and regulation.
 
 

Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et de la Route (ARAFER)

La Loi du 8 décembre 2009 a créé l’Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires, l'ARAF. La Loi du 6 août 2015 (dite "Loi Macron") a étendu ses compétences sur les questions routières, ce qui justifia la modification de son appellation, désormais l'Autorité des activité Ferroviaires et de la Route, l'ARAFER.

Cette autorité de régulation a pour fonction d’accompagner la libéralisation de l’activité économique du transport ferroviaire tout d'abord du fret, puis des voyageurs, pour mettre fin au monopole de l’opérateur historique, la SNCF. Ce régulateur est nécessaire pour que des nouveaux entrants puissent lutter contre la puissance d’un opérateur historique, parce qu'il s'agit d'une industrie de réseaux et que le transport constitue un monopole économiquement naturel. La loi de 2009 a transféré la propriété du réseau à un établissement public, Réseau Ferré de France (RFF) distinct de l'opérateur public principal, mais la loi de 2015 a créé un "groupe public ferroviaire"  doté d'un holding de tête ayant des pouvoirs opérationnel, redonnant des pouvoirs à la SNCF, notamment à travers les gares. Le Régulateur a formulé un avis réservé à ce propos.

Le régulateur assure l’accès non discriminatoire des opérateurs en concurrence à ces facilités essentielles. L’ARAFER est une AAI, composée de 7 membres, nommés pour six ans. Elle dispose de larges pouvoirs d’investigation, peut être consultée sur tout projet de loi sur le transport ferroviaire et sur les programmes d’investissement dans le réseau. Elle a également un pouvoir de sanction sur les opérateurs.

Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Roste (ARCEP)

L’Autorité de régulation des Communication Électroniques et des Postes (ARCEP) est une autorité administrative indépendante (AAI). Elle a succédé en 2005 à l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART), laquelle fut créée en 1996. L’ART fût la première autorité de régulation du genre, inaugurant sous l’impulsion du droit de l’Union européenne la vague de libéralisation des secteurs naguère monopolistiques. L’ARCEP a une compétence plus vaste de celle de l’ART, régulant également les activités postales et a pour office de favoriser l’exercice d’une « concurrence effective et loyale au bénéfice des utilisateurs », ce qui la rapproche singulièrement de l’office général de l’Autorité de Concurrence. Ce régulateur doit encore tenir compte de l’ « intérêt des territoires » et de l’accès des utilisateurs aux services et aux équipements.

L’ARCEP a compétence pour réguler ce qui transporte les informations (contenant) tandis que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) a compétence pour réguler les informations transportées (contenu). Cette distinction contenant/contenu fonde donc la dualité des régulateurs. Mais en premier lieu elle est fragile et peu utilisée à l’étranger, d’autres pays préférant avoir un seul régulateur pour le contenant et pour le contenu, dans la mesure où les informations peuvent passer par divers contenants (par ex. télévision ou le téléphone) comme aux Etats-Unis (Federal Communication Commission - FCC). En second lieu Internet rend difficile le maniement de cette distinction. C’est pourquoi on évoque parfois l’hypothèse de fusion des deux autorités françaises de régulation.

L’ARCEP surveille les marchés de gros, dans lesquels les opérateurs doivent se comporter d’une façon non discriminatoire et publier une offre de référence. Il contrôle les prix et oblige à une orientation du tarif vers le coût, favorisant en aval c'est-à-dire (marché du détail) le dynamisme concurrentiel. Sur celui-ci, le régulateur veille à l’accès au réseau de transport et au réseau de distribution jusqu’au consommateur final (problématique de la boucle locale). L’ARCEP a le pouvoir d’attribuer les fréquences aux opérateurs, lesquelles sont des ressources rares, dont l’attribution peut être retirée à l’opérateur en cas de manquement. Mais au-delà de ces dimensions très techniques, le régulateur exerce une fonction politique parce qu’il projette dans le futur une certaine conception qu’il a du secteur. Ainsi il peut estimer ou non que la fibre optique doit être ou non favorisée et contraindre les opérateurs en ce sens. De la même façon, il peut adhérer à la théorie de la « neutralité du net » au nom de laquelle il va imposer aux propriétaires d’un réseau de l’ouvrir à des utilisateurs, même au prix d’investissements pour les accueillir, le régulateur fixant alors l’indemnisation d’un tel droit d’accès. L’adhésion à cette théorie, très discutée, n’est pas de nature technique mais politique.

L’ARCEP dispose du pouvoir précité de retirer des fréquences aux opérateurs ne remplissant pas leurs obligations et peut prendre des mesures conservatoires. Celles-ci peuvent être attaquées devant la Cour d’appel de Paris. L’autorité exerce un pouvoir de règlement des différends et d’un pouvoir de sanction. L’ARCEP publie un rapport annuel, façon pour l’Autorité de rendre des comptes, ce mode de responsabilité étant mis en balance avec son indépendance.

Comme en 1996 pour les télécommunications, à partir de 2005 le régulateur a ouvert à la concurrence les activités postales, tout en veillant à la poursuite du service public postal. La Loi du 9 février 2010, tout en transformant la Poste en société anonyme a veillé à maintenir ses obligations de service public et les a même étendues en lui confiant des obligations d’aménagement du territoire, montrant l’interrégulation avec la régulation environnementale. Par ce contrôle, le régulateur exerce un pouvoir plus politique que technique.

 

Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Roste (ARCEP)

L’Autorité de Régulation des Communication Electroniques et de la Poste (ARCEP) est une Autorité Administrative Indépendante (AAI). Elle a succédé en 2005 à l’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART), laquelle fut créée en 1996. L’ART fût la première autorité de régulation du genre, inaugurée sous l’impulsion du la vague de libéralisation des secteurs naguère en monopole .

L’ARCEP a une compétence plus vaste de celle de l’ART, régulant également les activités postales et a pour office de favoriser l’exercice d’une « concurrence effective et loyale au bénéfice des utilisateurs », ce qui la rapproche singulièrement de l’office général de l’Autorité de Concurrence. Ce régulateur doit encore tenir compte de l’ « intérêt des territoires » et de l’accès des utilisateurs aux services et aux équipements. L’ARCEP a compétence pour réguler ce qui transporte les informations (contenant) tandis que le a compétence pour réguler les informations transportées (contenu). Cette distinction contenant/contenu fonde donc la dualité des régulateurs. Mais en premier lieu elle est fragile et peu utilisée à l’étranger, d’autres pays préférant avoir un seul régulateur pour le contenant et pour le contenu, dans la mesure où les informations peuvent passer par divers contenants (par ex. télévision ou le téléphone). En second lieu Internet rend difficile le maniement de cette distinction. C’est pourquoi on évoque parfois l’hypothèse de fusion des deux autorités de régulation.

L’ARCEP surveille les marchés de gros, dans lesquels les opérateurs doivent se comporter d’une façon transparente, non discriminatoire et publier une offre de référence. Il les prix et oblige à une orientation du tarif vers le coût, favorisant en aval c'est-à-dire (marché du détail) le dynamisme concurrentiel. Sur celui-ci, le régulateur veille à de transport et au réseau de distribution jusqu’au final (problématique de la . L’ARCEP a le pouvoir d’attribuer les fréquences aux opérateurs, lesquelles sont des et dont l’attribution peut être retirée à l’opérateur en cas de . Mais au-delà de ces dimensions très techniques, le régulateur exerce une fonction parce qu’il projette dans le une certaine conception qu’il a du secteur. Ainsi il peut estimer ou non que la fibre optique doit être ou non favorisée et contraindre les opérateurs en ce sens. De la même façon, il peut adhérer à la théorie de la « » au nom de laquelle il va imposer aux propriétaires d’un réseau de l’ouvrir à des utilisateurs, même au prix d’investissements pour les accueillir, le régulateur fixant alors l’indemnisation d’un tel . L’adhésion à cette théorie, très discutée, n’est pas de nature technique mais politique.

L’ARCEP dispose du pouvoir précité de retirer des fréquences aux opérateurs ne remplissant pas leurs obligations et peut prendre des mesures conservatoires. Celles-ci peuvent être attaquées devant la Cour d’appel de Paris. L’autorité exerce un pouvoir deet d’un pouvoir de . L’ARCEP publie un rapport annuel, façon pour l’Autorité de , ce mode de étant mis en balance avec son .

 

Comme en 1996 pour les télécommunications, à partir de 2005 le régulateur a ouvert à la les activités , tout en veillant à la poursuite du postal. La Loi du 9 février 2010, tout en transformant la Poste en société anonyme a veillé à maintenir ses obligations de service public et les a même étendues en lui confiant des obligations d’aménagement du , montrant avec la régulation . Par ce contrôle, le régulateur exerce un pouvoir plus que technique.

Autorité des Marchés Financiers (AMF)

L'Autorité des Marchés Financiers (AMF) est le régulateur français des marchés financiers. Il est en charge de veiller au bon fonctionnement de ceux-ci, à leur transparence et à la protection des investisseurs. Il contrôle les marchés règlementés et organisés, et depuis la réforme communautaire des marchés d'instruments financiers, même les marchés de gré à gré, construits sur des seuls contrats peuvent être contrôlés par lui, en raison de leur risque systémique. 

Autorité administrative indépendante (AAI), dotée de la personnalité morale et bénéficiant d'un budget autonome, hors du contrôle budgétaire général de l’État et construit sur une taxe à partir des opérations, ce régulateur financier dispose d'un pouvoir réglementaire résiduel, d'un pouvoir de sanction et d'un pouvoir de composition administrative. Pour respecter le principe d'impartialité de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH) au regard de laquelle le régulateur est assimilé à un tribunal, le pouvoir de sanction est exercé au sein de l'autorité par une Commission de sanction. Celle-ci est autonome du collège de l'Autorité, gouverné par le président.

Pour rendre des comptes, le régulateur remet un rapport annuel au Gouvernement et au Parlement. L’AMF participe à la régulation européenne et internationale et appartient au pôle de compétence de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

Autorité Publique Indépendante

Formellement, le système juridique avait construit les autorités de régulation sous la forme d'Autorité Administrative Indépendantes (AAI).

L'enjeu étant de construire d'une façon institutionnelle et consubstantielle leur indépendance, le Législateur a conféré un nouveau statut : celui d'Autorité Publique Indépendante (API). Ainsi, l'Autorité des Marchés Financiers (AMF), la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL), la Haute Autorité de Santé (HAS) ou l'HADOPI sont classés parmi les API et non pas seulement parmi les AAI.

Il faut donc y voir deux catégories juridiques distinctes, les AAI d'une part et les API d'autre part.

Ainsi les deux lois du 20 janvier 2017 portent, pour mieux les encadrer, à la fois sur les AAI et sur les API, mais la lecture des travaux préparatoires montre que les deux catégories montrent qu'ils sont traités d'une façon assez commune. Plus encore si l'on consulte les sites de certaines autorités de régulation elles-mêmes, comme l'HADOPI, par exemple, celle-ci se présente comme une "Autorité Publique Indépendante" mais définit cette catégorie juridique comme étant celle qui vise les Autorités Administratives Indépendantes .....

Il apparaît ainsi que la catégorie des Autorités Publiques Indépendantes est surtout marqué par le symbole d'une dignité plus forte que celle de la catégorie des Autorités Indépendantes "simplement" Administratives. Du point de vue technique, les deux catégories se distinguent essentiellement du point de vue budgétaire, l'autonomie financière étant le nerf de l'indépendance. C'est ainsi que le budget de l'AMF repose sur l'ampleur des opérations de marché, par des mécanismes de taxe qui ne sont pas insérées dans la LOLF. L'indépendance ne va pas jusqu'à l'autonomie, l'API ne négociant pas son budget avec le Parlement, puisque une Autorité Publique Indépendante n'est pas une Autorité Constitutionnelle.